Extrait chapitre XV

 

- T’as eu quoi comme cadeau pour noël ? demandai-je à Mila.
- De la part des parents je ne sais pas, on ouvre les paquets le 25 au matin chez nous. Mais ce soir j’ai découvert que mon frère avait glissé sous mon oreiller un cadeau horrible !
- Ah bon ? Horrible comment ? Ça doit être super ! Raconte !
- C’est un livre.
- Ah ah, tu me fais marcher ! Comment un livre peut être horrible ?! C’est vraiment un cadeau génial, de ceux que tu gardes avec toi pour la vie. 
- Ok, Tommy Bratford. Regarde par toi-même.

Elle se pencha vers sa petite valise d’affaires personnelles pour en extraire le livre en question. Je posais la boîte de pêches au sirop à mes pieds, m’essuyais les mains sur mon pantalon, et pris le livre à la couverture verte pour en lire le titre : « Rabbit keeping for food ».
Hum. Effectivement, ce n’était pas le genre de littérature qu’on aurait mis en haut de sa liste de souhaits pour noël.

- C’est un livre édité par le gouvernement, dit Mila.
- Que Dieu garde notre roi et notre gouvernement, dis-je. Que Dieu fournisse Winston en cigares pour de nombreuses années encore, et puissions nous fumer avec lui quand nous aurons l’âge d’apprécier les barreaux de chaises. Et ça raconte quoi, au juste ?
- Rien de plus que ce qui est écrit dans le titre. Que si nous avons des lapins domestiques, il faut se préparer à ce qu’ils nous servent de nourriture ! J’ai un lapin domestique, dit-elle. Il s’appelle Banana. Il m’a été offert pour mon anniversaire l’année dernière. Et pour noël, mon frère ne trouve rien d’autre comme cadeau qu’un livre pour me dire que la famille doit se préparer à le bouffer. 
- Ne t’en fais pas, dis-je pour la calmer. À noël, c’est plutôt de la dinde qu’on mange. Si tu avais eu une dinde pour ton anniversaire, je pense qu’il y aurait de quoi s’inquiéter.

Je parlais mécaniquement. Dans ma tête, je cherchais un cadeau pour Mila. Quelque chose que j’aurais pu lui offrir, pour noël, de cent fois supérieur et plus apaisant que le cadeau pourri de son crétin de frère. Malheureusement, je venais de griller la cartouche de la boîte de pêches au sirop. C’est là que j’ai repensé à notre histoire de bons qu’on avait instauré à la maison. C’est ça ! J’allais lui offrir un bon pour…

Restait à trouver pour quoi.

Disponible en Pocket depuis le 1er juin 2017. Version revue et corrigée par l'auteur. 

Les Jonquilles de Green Park ont obtenu le Prix L'île aux Livres/ la petite cour en mai 2016, et le Prix du festival littéraire Saint-Maur en Poche en juin 2016.