En librairie le 06 janvier 2022

L'age des amours egoistes.jpg

« J’oubliais souvent que la ville était traversée par un fleuve. Le fleuve n’avait aucune importance dans ma vie. Il était asséché par son manque de surprise et d’utilité, supprimé par l’efficacité du métro et des automobiles. Parfois, en février, il y avait une crue qui inondait les quais au niveau de l’île Saint-Louis, noyait comiquement un lampadaire en contrebas dont on ne voyait plus que la tête obstinée, ça durait moins

d’une semaine et ajoutait un cliché dans l’océan inutile de photos qui encombraient la mémoire de mon téléphone. Les véritables fleuves étaient les boulevards, les avenues et les rues, et leur navigation de nuit. Comme hier, le long de la rue du Faubourg Saint-Antoine au plus près de Laura, fragile embarcation. »

 

Nico chante dans un groupe et étudie l’Histoire de l’Art. Il a pour sujet une série de toiles que Francis Bacon a dédiées à la figure passionnée de Vincent Van Gogh. Dans une soirée, il rencontre la captivante Laura dont il va tomber fou amoureux. Un amour qui va se révéler aussi insaisissable que les trajectoires et les enjeux qui s’offrent à lui en cette dernière année de fac. C’est le début d’une traversé de l’amour, aux confins de cet âge délicat où il faut s’engager sur une voie parmi d’autres sans jamais renoncer à qui l’on est.

« Tu es amoureux en ce moment ?

C’est quoi cette question ?

C’est une question qu’on se pose tous les jours. C’est la meilleure question.

J’ai rencontré une fille il y a quelques mois. Je l’ai revue hier soir. J’étais chez elle cette nuit. »