Fat Lolita. Ma lumière pâlotte, ma baleine à flots. Elle était fat le matin, fat le midi, fat au goûter, et fat le soir. Dans ce monde fat, ma folie, mon olive alitée, mon amoralolitée. Impossible à transporter dans de grandes limousines, comme l’amour est difficile à vivre dans un deux-pièces cuisines. Ô ma lo, ma lotte. De quelques kilolita de trop.

 

Lolita plus tas que lolly, ma gourmandise, infinie comme l’amour fou. Mon Othello lita, mon tatou qui déborde, qui m’envoie dans les cordes, mon catcheur in the rye, mon chapon et ma caille, sans doute ma plus gosse bourde, et mon artillerie lourde.

Un mètre quarante huit en chaussettes pour deux fois plus en poids, debout sur un seul pied, prête à dégringoler, mon Rubens adhésive, peut pas être évasive, me coûte cher en lessive. La chair est forte, hélas (tique) ! et j'ai vu toutes ses livres !

Pas assez de mes bras pour la prendre dans mes bras, et moi qui suis jaloux, je ne saurai me servir d’un autre pour en venir à bout. Fuir sur les routes est la seule solution, du moment que de frozen yoghourt on a fait provisions.

 

Ô ma fat lolita, toi ma fatalité, rien ne nous arrêtera, tout me fait trébucher. Et là sur le bûcher de leur moralité, je cramerai devant toi. Où s’en vont nos péchés ? C’est une question de poids, ma fat lolita.

Tu passes à table et moi je passe à l’inévitable. Encore des raviololita ? J’aime pour deux et tu  manges comme quatre. Je n’ai plus le cœur léger depuis que tu es là. Oui, j’ai le cœur vaincu, et avec toi j’ai trop. J’ai trop mal où ? Non, j’ai trop ma Lo.

Lolita, dans ce bas monde inique, couché comme un ballot, j’ai tiré le gros lot, avec toi Lolita, c’est l’amour idyllique, pour une liaison durable il y a toujours du rab ; ton trait de caractère à toi : c’est l’italique.

 

Oh les beaux méfaits de ma fat lolita quand elle se penche sur moi et manque de m’écraser. M’écraser de ses pattes qui ne sont pas de mouche, c’est le moins qu’on puisse dire, et pas d’envie pressante qu’on ne puisse retenir, Lolita est sur moi, et je regrette déjà saisissant la gamine, de n’être pas des plus assidus pour la gym.

Lolita est sur moi, je pèse mes morsures, et tout le reste est littérature.