01.04.06

Concert à Suresnes. J'arrive dans un état de mélancolie et de détresse assourdissantes. Pourtant il va falloir faire le show. J'aime bien les concerts où l'on est tout seul, je veux dire hors festival, parce qu'on peut vraiment installer notre truc, j'ai de la place, du temps, je peux dire deux trois choses qui me tiennent à cœur hors le déroulé impeccable ou périlleux des chansons. Et aussi créer un espace chaleureux, désamorcer par politesse en faisant des blagues la grande dureté des chansons. Désamorcer par politesse les choses douloureuses qui me viennent et que je capture dans les chansons, c'est la moindre des choses quand il y a du monde.

Après le concert j'étais épuisé. Au bar du Théâtre, des lumières et des visages pour recoudre un peu la sensation de fugacité. De brèves émotions que je garde pour moi, qui m'accompagnent durant le week-end.

Retrouver la solitude pour travailler, finir le roman pendant les vacances de Pâques, poursuivre les nouvelles chansons amorcées avec le groupe, ne pas se laisser chahuter, démanteler par les jours de ciel chamboulé, l'absence d'intensité, la liquidité. Je voudrais bien faire un autre concert à Paris rapidement. Mais toute l'équipe qui nous entoure prône l'attente. Après Le Café de la Danse ils veulent faire maintenant au moins une salle à la hauteur, de capacité et de prestige équivalents, ne pas redescendre. Comme j'aime bien les lieux où j'ai une certaine proximité avec le public, et comme je trouve les concerts nécessaires pour mon travail, et aussi comme un chemin de vie, un bilan d'instants, une clairière qui permet de souffler ou de repartir avec de nouvelles idées et une motivation plus ferme, c'est un peu l'agonie de comprendre qu'on ne rejouera pas à Paris avant quelques mois.

Enrageant de lutter avec toute la bonne volonté de l'équipe mais sans soutiens décisifs ni moyens financiers pour faire décoller le disque. Accélérer les choses.

J'observe avec mes yeux le milieu de la musique que je trouve souvent très indécent, même si on me dit que je ne dois pas me plaindre, que par rapport à d'autres artistes j'ai déjà il est vrai une position enviable.

 

02.04.06

 

Le Hey poème. 

 

Hey salut, tu veux pas qu'on se rencontre chaque fois que tes larmes font un angle droit avec ta joie ?

Et qu'on aille manger des langoustines quelque part au bord de la mer

Hey tu veux pas qu'on aille fêter au champagne des choses qui, vu d'ici, nous paraissent ordinaires.

Je te laisserai les décortiquer pour moi, -  les langoustines pas les choses ordinaires -

Ce sera vraiment la seule forme d'esclavage admise entre nous

Autre que la légère pression exercée dans un lit,

Sur tes poignets, sur tes chevilles,

Légère pression exercée dans un lit.

Hey est-ce que dans la voiture, sur la route, tu me laisseras t'embrasser dans le cou

Pendant que la radio crachotera le refrain de la chanson de Paul Simon qui s'appelle :

Peace like a river.

Refrain unique comme l'amour chaque fois.

Hey, est-ce que le vent a une couleur ce soir ?

C'est quand il a une couleur que je n'ai pas peur de lui - peur qu'il t'emporte ailleurs,

Qu'il nous entraîne toi et moi vers d'autres rires, d'autres destinations.

C'est pour ça tu sais que les peintres mettent de la couleur pour le vent.

Je t'expliquerai pourquoi ils mettent de la couleur pour le vent.

Comme des petits cailloux dans la forêt de la toile à détendre, du lieu à occuper de s'y perdre.

Hey pendant le refrain de Peace like a river, j'ai assez de place pour t'en faire deux des baisers dans le cou

Un troisième pendant les aiee aiee à moins que ton rire ne les couvre.

Ton rire dure le temps d'une roulade d'enfant du haut de la pente jusqu'en bas.

Le mur blanc des maisons, l'orage passé comme une éponge sur la brique des boîtes aux lettres,

Et la forêt avec sa rangée de mûres à cueillir.

Attends ! Je remonte et j'y vais. J'use la toile de mon coeur dans les roulis de ton rire.

Pente de gazon se remonte comme les aiguilles d'une montre.

Y a des fois je me glisserai bien dans les yeux marrons de quelqu'un.

C'est épuisant de regarder le monde avec des yeux verts, à la longue.

C'est épuisant cette fixité dans ce roulement.

A l'arrivée légèrement groggy, je ne comprends plus quelle heure il est.

Mon papa n'est plus là pour m'appeler, pour me dire de rentrer, et je lui criais de l'autre côté des jardins :

- Allez, encore cinq minutes, c'est promis j'arrive dans cinq minutes !

Depuis combien de temps je n'accompagne plus mes paroles d'un "Allez c'est promis" quand il est question de demander du temps ?

Je l'ai fait pour nous l'autre soir il me semble.

Ah, il faut déjà rentrer, tu crois, déjà ?

Chacun de son côté ? Oui, on peut faire semblant.

Pendant toute une journée, ou toute une vie si tu y tiens.

Si tu y tiens, je tiendrai.

Même si je n'ai plus de courage pour faire semblant.

Tu m'envoies un texto qui dit :

- Hey je ne t'oublie pas tu sais."

Je te renvoie un texto qui dit :

- Déjà que tu m'abandonnes, il manquerait plus que tu m'oublies !"

Hey elle me blesse cette vie heureuse dans les grandes lignes tu sais.

Dire que mes parents m'habillaient chez New Man à Parly 2, j'avais aussi des polos Lacoste,

Et puis après j'ai eu un blouson Chevignon mais sans le canard dans le dos y a quand même des limites.

Hey de mes journées tu n'arrives jamais à démêler les fils mais regarde quand même ce que tu fais de bien, tu as ouvert la fenêtre ouverte.

Oui, tu as ouvert la fenêtre ouverte.

Dans les Mickey parade il y avait toujours un gâteau qui fumait sur le rebord de la fenêtre de la cuisine

Et je ne sais pas si les Castor Junior venaient le dérober et s'ils ont ou pas leur carte de l'UMP.

Hey salut, la vie est plus glissante que nos doigts sur la guitare.

Hey salut,  tu voudrais pas qu'on aille acheter des gâteaux anglais pour le dîner ?

Et se tenir serrés l'un contre l'autre parmi la foule des grands boulevards, les passants et les usagers de la nuit.

Hey avec tout leur argent ils pourraient pas reconstruire rien que pour nous le Mark and Spencer du boulevard Haussmann

Plutôt que de mettre des fortunes dans tous ces projets à la gomme qui se disent artistiques

Mais où la vie n'est pas en jeu, où il ne se dit rien d'important, rien pour se tenir comme à une lampe torche dans la nuit noire des solitudes,

Et où il n'y a jamais de chemin ni de place

Pour qu'on aille acheter tous les deux des gâteaux anglais quand le soir tombe.

J'aimerais bien te prendre par la main et t'emmener dans les endroits que j'ai aimé autrefois,

Les fins d'après-midi comme des toboggans pour la mélancolie, et les matinées fragiles qui donnaient du courage,

Avant de te connaître.

Même s'il y a toujours une part de manque dans l'émotion que nous procure la beauté.

Maintenant que je te connais je sais nommer le manque de toute chose survenue.

Les joues en feu pendant la bataille de pommes de pin. Le souffle court.

Hey, il n'y en a pas assez de mon côté de la haie.

La lettre que tu m'as écrite l'as-tu oublié parmi d'autres papiers plus pressants ?

Et les questions du Pont de l'Alma ?

Hey l'autre soir personne n'a fait d'effort pour me prévenir de ton arrivée.

Tu veux pas qu'on disparaisse demain et qu'on réapparaisse hier ?

On recommencerait à deux, ce serait bien.

Dans la grande bataille de pommes de pin tu serais de mon côté.

Mon alliée en toi.

Hey tu veux pas qu'on frotte nos peaux pour se faire une idée du feu ?

De toute façon je ne sens la brûlure qu'à la séparation des corps 

C'est comme ça que je suis

Depuis toujours.

Refrain unique de l'amour chaque fois.

 

07.04.06

Echange marrant avec Frédéric, boulevard Saint-Germain. Pendant que nous remontons le boulevard en direction de la rue du Bac, une fille que nous croisons me jette des regards par poignées.

- Elle t'a reconnu ! me lance Frédéric.

- Ah... dis-je distraitement.

- À moins qu'elle ne te trouve beau ! Je ne veux pas te vexer...ajoute-t-il

- Oh non, réponds-je, restons humble, disons qu'elle m'a reconnu !"

Cette semaine je suis sorti un soir sur deux. Pas vraiment raisonnable mais j'ai beaucoup travaillé sur mon roman les soirs studieux où je restais à la maison, comme les soirs où je sortais (il y a toujours des impressions à glaner, des notes à prendre). Lundi concert de Marie Modiano à la soirée Cointropolitain au Néo Club, mercredi concert des petits gars de Popklub Arsenal au Tryptique ; jeudi fête organisée par Plon et Thomas Bouvatier chez Maxim's.

Lundi 14h25 très jolie fille rue de l'Abbaye, élancée comme une virgule, nos regards se croisent, mèche de cheveux noirs à travers le visage. Elle me sourit gaiement. J'hésite entre la mettre dans mon roman ou mon Journal, mais comme elle ne quitte pas sa portion de trottoir pour venir m'embrasser à pleine bouche, c'est donc qu'elle fuit le romanesque, alors : Journal. 

Roman : j'avance bien. Terminé le premier jet. Maintenant je relis, j'essaye de retrancher ou de creuser dans tel ou tel passage, il y a peut-être une situation à ajouter, un personnage qui traverse un chapitre tout nu et qu'il faut habiller d'une phrase. Ou auquel il faille d'une phrase bander les yeux, il y a tant de choses desquelles se faire protéger quand on rejoint le monde.

J'essaye aussi de trouver une musique qui me plait, non plus la musique de l'écrire (c'est fait), mais la musique et le plaisir de la lecture maintenant. Trouver la musique d'une lecture sur les bases de la musique de l'écriture. Et chaque phrase me préoccupe, je veux dire j'essaye de trouver une accroche qui me plait dans chaque phrase. Même pour moi seul, au départ ; pour moi seul enfoui. Et même si je sais que parfois, il faut quelques phrases neutres et fonctionnelles (le moins possible quand même) pour qu'éclate comme une évidence jubilatoire dans un passage une phrase terrible de beauté.

C'est comme pour la vie il me semble, le cours d'une journée. Beaucoup de moments neutres, usants de vacuité pour qu'apparaissent tout d'un coup la grâce d'un sourire et l'accomplissement d'une émotion, d'une rencontre ou d'une inattendue qui nous concerne et nous enlève à la triste crudité des contours.

Le problème que pose l'écriture de ce roman, et que devra en (im)poser la lecture est : Est-ce que des moments de flottement et d'inertie, de solitude extrème dirons nous, bien que la solitude extrème soit encore quelque chose de différent et puisse être dure, limpide, et davantage peuplée que certaines rencontres ; est-ce que ces moments mille feuilles où rien n'arrive sont nécessaires à la venue d'une intensité ? En sont-ils le repos, le répit, ou bien les rigoureux préparatifs ?

Ou n'est-ce seulement que gâchis et inaptitude, démission de soi et déficience de ceux qui nous entourent à vivre pleinement le moment donné ?

Nouvelles chansons en activité (comme un volcan). Toujours aller plus loin - c'est-à-dire au plus près - dans les textes. La musique a pris également une très bonne tournure, vendredi en répétition ; au rythme de travail et d'avancée sur le continent inexploré des chansons que je souhaite émettre, nous pourrons en tester de nouvelles en Suisse lors du prochain concert.

La direction des nouveaux textes est toujours remise en cause par les zig-zag de la vie. Il y a toujours un décalage entre ce que j'imagine et ce que j'écris au final. Toujours la vie réoriente mes accès de lumière vers des constats plus sombres.

Et je crève devant le manque d'impact des chansons souvent ; qu'elles ne parviennent pas à toucher autant que je l'espérais, à défaire toute résistance, à trouver leur cible sans détours.

De toute façon les gens mettent toujours un temps monstre à se rendre compte de ce que je fais.

(Même si j'espère toujours être contredit par la vie. Ce qui est une forme de pessimisme tourné vers l'optimisme je dirais)

 

Je me réveille avec cette phrase survenue en plein rêve. Quelqu'un me dit : Vous pouvez avancer, il n'y a plus aucune amoureuse sur les branches !"

Tout de suite je me révolte : j'aimerais qu'il y ait des amoureuses sur les branches, c'est quoi cette histoire ? Je secouerais l'arbre à en faire trembler la réalité et une au moins - la plus mûre ? - finira bien par tomber.

Malheureusement, pas plus de nage en dos crawlé dans la rue que pour les rêves.

 

08.04.06

Quand on me demande de quoi parle ma dernière nouvelle en date qui a pour titre : Le poids de l'existence vu d'une chaise d'arbitre de Tennis, je réponds :

- Oh j'ai simplement écrit une lettre d'amour que Stéphane a décidé de publier chez Flammarion. Voilà. C'est juste la classe, pour une lettre d'amour.

Il y a d'autres destins pour une lettre d'amour, mais c'est loin d'être le pire."

 

10.04.06

Chassé par des ouvriers qui font un boucan pas possible dans l'appartement du dessus, et qui remettent toujours au lendemain la fin de leurs travaux. Je rêve d'ouvriers chaussés de ballerines qui exécuteraient de légères figures de danse en portant leur sac de plâtre, figures aériennes et acrobatiques qui les éloigneraient le plus possible du sol c'est-à-dire de mon plafond, ce qui aurait par la même occasion l'avantage de me rapprocher de la fin de mon roman.

C'est bien simple à partir de huit heures du matin j'ai l'impression d'avoir la chanson des Rakes : Strasbourg, jouée au-dessus de ma tête avec des marteaux à main et des sabots en fer.

Qu'est-ce qui peut me sauver de ça ? Rien si ce n'est peut-être la vision fugitive d'une eurasienne très belle, attablée à midi chez Ladurée et que j'aperçois à travers les vitres en passant rue Jacob. Pull gris, cheveux noirs ; la peau très pâle et d'une finesse déloyale pour le monde. La beauté même m'aime.

Roman : le personnage principal se détache de moi, ça va enfin devenir lisible.

Je fais de mon roman quelque chose comme le dernier bastion du romantisme. Mes deux héros sont éperdument romantiques dans leur manière de penser (ce qui est bien avec les romans c'est que chaque pensée est dite, ou soufflée, ou envoyée dans le paysage - je ne sais pas moi, accrochée à un arbre, un réverbère, ou tressée en collier au cou d'une fille) et leur façon d'arpenter le monde. Où je diffère de mon personnage c'est qu'au moment où il s'obstine, moi je lâcherais peut-être prise. Non que ça me plaise, mais dans tout ce qui m'emporte entièrement, il y a un moment de n'en plus pouvoir - quand l'impasse se fait jour - un moment où la dureté surgit en moi comme une donnée personnelle et me fait lâcher prise. Bien que là encore, cela puisse être interprété par certains comme un acte déterminant, c'est-à-dire à la longue : éminemment romantique.

A propos d'impasse une très belle phrase de Yann Andréa au sujet de Marguerite (Duras) dans le numéro d'avril du Magazine littéraire qui lui est consacrée : Elle essaie d'approcher l'impasse dans laquelle sont toutes les tentatives pour atteindre l'autre."

Outch ! Bien puissant et bien désespéré. Je crois que je reste très combatif quand même, à mon niveau, face à une telle phrase.

Dîner chez Chloé, qui habite maintenant au-dessus d'un Léon de Bruxelles.

- J'ai mangé une seule fois là-bas, dit l'une des amies de Chloé, et j'ai senti la moule toute la journée."

Très chic.

- Fais gaffe, prévient Sébastien, Jérôme a des origines belges, sa maman vient de Bruxelles.

- Oui mais il ne s'appelle pas Léon, dit la fille.

Très drôle.

- En fait, crois-je bon de préciser (mais, comme le note si judicieusement Mircea Eliade dans son Journal, il y a un moment où on se débat dans l'irrémédiable) ma maman est belge et sa famille vient de Liège. Je ne sais pas si vous êtes au courant mais, contrairement à la France, il y a d'autres villes que Bruxelles en Belgique, et donc ma mère est liégeoise. Comme le Café ou le Chocolat !"  Viens-je aussitôt ajouter car il faut toujours des repères aux gens, des attaches sensibles, des petites cuillères pour qu'ils s'intéressent un tant soit peu aux réponses que vous leur donnez.

Vers la fin du dîner la conversation bascule tout naturellement sur le sexe - sinon les filles ont l'impression de ne pas être baisables, et les garçons ne veulent jamais perdre une occasion de se montrer vantards ou grotesques.

Après quelques passages trop alarmants à retranscrire, Chloé me prend à partie :

- Tu te souviens quand tu avais 20 ans ?

- Je n'ai jamais eu 20 ans, dis-je. Comme il y en a qui sautent des classes, moi j'ai sauté des âges. J'ai regardé autour de moi, et j'ai décidé de ne pas avoir 20 ans, voilà.

- Oui enfin à une soirée chez Antoine qui était par ailleurs le mec avec qui je sortais à l'époque, tu t'es approché de moi et tu m'as dit : Je voudrais te lécher jusqu'à ce que tu disparaisses sous ma langue."

Là, dans un grand moment de compassion pour le garçon que j'étais vers cet âge, je pense : à quoi sert qu'on me surine à longueur d'articles de presse avec le mot "Dandy" si c'est pour qu'on colporte des grossièretés pareilles !

- Pardon ? dis-je dans un sourire.

- Oui. J'ai rougi jusqu'aux oreilles je m'en souviens bien. Tu m'as dit ça très calmement. Je voudrais te lécher jusqu'à ce que tu disparaisses sous ma langue.

- Comme un Treets alors ? m'enquiers-je.

- Comme un quoi ?

- Un Treets ! Comme un Treets !

Et là, soudain, c'est l'incident diplomatique. Tout le monde ment sur son âge et veut faire le trop jeune pour avoir connu l'époque des Treets.

- Un quoi ? Je te jure que j'ai aucune idée de ce que c'est qu'un Treets !

- Moi non plus ! Comment tu dis Jérôme, un Treets ?

- C'est quoi ce truc ?!" s'étonne un troisième.

Bien sûr, bien sûr.

- Et au final, on ne l'a jamais fait ! Conclue Chloé dans un sourire mignon et désolé.

- Et pourquoi vous ne l'avez jamais fait ? dit quelqu'un de lourd (un garçon, ou la copine d'un garçon)

- Il faut demander à Jérôme, répond Chloé gentiment.

- Hé bien j'ai changé de projet", dis-je.

Le Hé bien j'ai changé de projet est une réplique de mon roman, et il a fallu attendre minuit passé pour que je puisse réaliser ce que je m'étais promis de faire à ce dîner, c'est-à-dire tester une ou deux répliques de mon roman. Alors, à première vue, ce n'est pas forcément la plus flamboyante des répliques ou des réparties, mais évidemment, tout est toujours à replacer dans un contexte.

 

11.04.06

L’éloignement. On croit pouvoir parler. On croit toucher. Ne pas prendre de gants pour toucher. Pour apporter ce qu'on désire, et pour aller chercher la part de l’autre. Mettre ses mains, puiser. En sortir épuisé. Défait. On veut refaire, répéter, mais il n’y a pas deux éclairs de suite sans un grondement. On veut de la sensation à perpétuité. On prend le risque de s’éloigner sans savoir de quel bord de la falaise on se trouve. On tombe sur quelqu’un, on rebondit dans les dîners, on se retrouve dans les bras de quelqu’un d’autre. Rien ne survit que l’amertume. Je n’ai jamais eu vraiment de don pour dessiner alors je ne te fais pas un dessin. Mais je poursuis une idée de l’amour à perpétuité. Malgré les chagrins. Malgré l’éloignement que je sens et qui arrive en toi, en moi, hors cet étau risible du monde qui un court instant met en lumière deux personnes à un coin de rue, à la table d’un restaurant, dans une salle d’attente. Je ne sais pas qui je trouverai à l’arrivée. Je ne sais pas si tes mains me manquent ou si c’est juste de la sensation qu’on m’enlève, du bonheur infernal qu’on me retranche. Je ne sais plus si ta voix est une caresse ou une route que je prends sans y faire attention. Je ne sais plus si c’est toi ou une autre que je trouverai à l’arrivée. Détache-moi du détachement. Je sais que l’amour fou est un blessé léger qu’il fait bon veiller le soir. Je sais que le temps circule comme une drogue. Je sais que la nudité est toujours une étape et la pornographie un peu de sel sur le dos de la main. Je ne sais pas de qui j’ai envie tout de suite et de qui j’ai envie pour toujours. Il y a trop d’obscurité et trop de lumières. Je suis juste malade de n’avoir pas trouvé en nous de consolation qui tienne. Mais je sais que je poursuis l'idée d'un amour fou à perpétuité.

 

15.04.06

Interview pour le magazine Chorus, près du parc Montsouris. Pour illustrer l'article Francis Vernhet me prend en photo : l'instant capturé d'une bonne nuit blanche et de sa mémoire.

Le mois de mai va être chargé : Tournage du clip de la chanson avec Mélanie Laurent, concert et émissions de radio en Suisse, trois jours en Normandie avec Warner Chappell. Finir impérativement le roman pour le week-end prochain.

J'achète des œufs de Pâques chez Ladurée, rue Jacob. La vendeuse qui ouvre le carton d'emballage pour vérifier que le contenu en est bien un œuf en chocolat au lait aux éclats de noisette s'exclame de manière très candide :

- Je n'en ai jamais vu un d'aussi gros ! J'ai même du mal à le faire rentrer !"

- Ah..." dis-je timidement, un peu gêné.

Écrit dans l'après-midi un nouveau texte de chanson dont je suis très content. J'ai l'impulsion, le phrasé, pour la musique cela devrait se faire rapidement, nous verrons ça la semaine prochaine avec le groupe. Je travaille bien, je vois la fin de mon roman et arrive à le saisir dans le creux de la main. Après il n'y aura plus qu'à déplier mon poing et le laisser partir. Quand je sors de travailler c'est très difficile, je suis brisé, à recueillir. Vivement que je retourne aux chansons, à la musique, dans une semaine à plein temps j'espère. C'est ce que j'écrivais à Lysa, la différence que je fais. Être chanteur c'est propager, faire le feu autour de soi. Écrire, c'est travailler directement dans le feu.

Pendant que les iraniens préparent la bombe atomique, Lysa fait tomber deux petits suisses dans une assiette, comme on fait des oeufs au plat.

 

18.04.06

Auteuil. Elle traverse la cour, rattache ses cheveux, un sac en bandoulière barre le corps élancé. Quelque chose d'aérien dans la répétition des après-midi même. Elle se dispute avec ses rêveries comme des chatons qui se partagent un panier jouent entre eux. Elle ne ressemble pas à ses frères. Elle enlève son manteau d'un coup, le pose sur la table de bois brun dans le jardin, et laisse apparaître une silhouette exquise, une liane où le regard se perche. Elle monte dans les étages. Il y a dans la beauté toujours l'espoir et la caresse d'un asile entrevu. L'espoir que deux bras se refermeront, un soir d'été clair, sur ce que la journée produit en temps morcelé et en obscurité.

 

19.04.06

La connaissance par les mains.

Elle me dit :

- Je devais voir Stéphane jeudi de la semaine dernière, et puis on ne s'est pas vu avec Stéphane parce qu'on s'est vu nous deux ce jour-là... Tu te rappelles?

- Pas du tout, dis-je. Tu n'as pas pris mes mains dans les tiennes. Tu as laissé mes mains dans le vide. Comme un pauvre numéro de trapèze lamentable indigne de nous. Tu n'as pas pris mes mains dans les tiennes donc c'est qu'on ne s'est pas vu ! Je ne me souviens pas du tout t'avoir vue. Désolé. On ne s'est pas vu."

 

20.04.06

Stéphane (Million) me donne son interprétation très belle, très poétique, de la chanson que j'ai écrite pour Johnny Hallyday :

- Un type attend une fille dans un appartement et il l'attend tellement que le jardin se remplit de ronces, et du coup la fille ne peut plus venir. Quand elle arrive enfin il y a tellement de ronces dans le jardin qu'elle ne peut plus passer."

Hum. C'est un peu l'histoire de mon roman, aussi, d'une certaine manière, sauf qu'en donnant la parole à mes personnages je leur offre un sécateur.

Mon roman à chaque phrase fait soit un pas vers le roman de l'amour absolu, soit un pas vers le roman de l'abandon absolu ; et, au final, ce que tracera la dernière phrase se jouera comme au jeu de : Une-vache-qui-pisse-dans-un-tonneau-c'est-rigolo-mais-c'est-salop. A la nuance que même un troupeau de vaches qui pissent ne sera jamais plus rigolo et salop que l'amour quand il fuit de toutes parts.

Je m'étais promis de ne pas écrire de textes de chansons tant que je travaillerais sur le roman - excepté pour mon groupe et moi, car les textes sont tellement personnels qu'il n'y a après tout pas de distance ni de trop grand écart entre le Journal, les chansons, les nouvelles et le roman à venir - pourtant j'ai essayé de faire un texte pour X, par amitié pour lui et parce qu'il me le demandait avec empressement depuis fort longtemps.

Je livre donc mon texte, et X m'écrit avec précaution qu'il est très embêté parce qu'il a déjà à son répertoire un texte qui parle de rupture, il souhaiterait une ouverture différente pour cette chanson et, en plus, il n'est pas trop dans le mood de chanter des trucs qui parlent de rupture en ce moment.

Je lui réponds de ne pas s'en faire du tout, que je n'aurais pas le temps de lui présenter autre chose mais que je ne prends pas ombrage de son refus d'autant que la diversité est un concept qui m'échappe totalement pour la simple raison que dans mon répertoire, par exemple, il n'y a que des morceaux qui parlent de rupture !

Pour ce qui est du mood je me garde bien de lui dire d'attendre un peu, de laisser couler un peu de vie, que le mood de la rupture on finit bien par le récupérer un jour ou l'autre - ce que, bien entendu, je pleure et je déplore. 

 

23.04.06

Mon roman se termine avec l'orage sur Paris. Les trombes d'eau et la balafre des éclairs sur la vitre. Dans le roman ce que j'ai préféré écrire ce sont peut-être les discussions entre les filles qui m'ont tenu au chaud, même si je ne comprends pas ces filles, je voudrais qu'elles militent pour moi, pour les types comme moi, toujours, de manière indéfectible et active, puissante, irrationnelle et concrète, dans la vie courante.

J'ai aussi réussi à faire ce que je souhaitais en l'écrivant : des passerelles, des passages secrets et des interrogations secrètes entre la vie, le roman, les nouvelles, le Journal et les chansons.

J'ai essayé de faire ce qu'Aurélien disait d'une de mes nouvelles : que dès l'entrée en lecture on se sente bien, attiré dans un espace identifiable - ce que je fais avec le Journal, et qu'on se laisse porter puis qu'on s'arrête devant la fulgurance ou la poésie de certaines phrases, si ça fonctionne, un peu comme je quitte le clavier de l'ordinateur maintenant pour aller vers la fenêtre regarder la cour troublée sous l'orage et la pluie dévaler les pentes de toits.

Appréhension des jours qui arrivent. Je vais me remettre à sortir, à aller dans les fêtes, les soirées, à travailler les concerts et les chansons, mais je perds la forteresse du roman. La forteresse précise, stable, profonde et absolue ; les bras qui ne défaillent jamais et qui me tiennent avec rigueur et malice. B. me demandait l'autre jour qui me protège ? Au degré où je le souhaite, où je me sens parfois le besoin d'être protégé, la réponse est encore aujourd'hui : personne à l'instant.

 

30.04.06

 

La Coupe de France.

 

Je n'ai jamais rien compris au football. Quand on a décidé de se lancer dans quoi que ce soit, on trouve assez vite d'obstacles et d'abrutis dans ses jambes sans qu'on ait besoin qu'on vous y colle un ballon.

J'ai toujours préféré le Tennis, pour les filles en tenue - short, maillot, chaussettes - dont l'exemple le plus absolu et à jamais troublant demeure Nastassja Kinski dans une scène de Harem, le beau film d'Arthur Joffé. Il faut dire aussi qu'en Tennis, vu mon niveau, les profs me cantonnaient sur le court, de mercredi en mercredi, à faire quelques échanges avec les débutantes. Pour rien au monde alors je ne m'empressai de suivre le parcours haletant, arrogant et glorieux, des autres garçons, chacun estimant la gloire où son cœur l'arrète.

Je sais du football que mon père (qui était grand sportif dans l'âme) l'aimait passionnément. Il avait joué au Racing Club de Paris dans sa jeunesse, mais quand je l'ai connu, c'est-à-dire après - malheureusement - qu'il m'ait donné le jour, il ne regardait plus les matchs que devant sa télé. Tandis que je réfléchissais dans ma chambre, allongé de tout mon long sur les coudes, la tête dans les mains, que je réfléchissais à quelques trucs vous savez bien maintenant - l'amour fou, la tentation de l'absolu, la fourbe cicatrice des jours - j'entendais les rumeurs du match depuis le petit salon télé - la porte mitoyenne dans l'aile de la maison - interrompues par les explosions de joie de mon père chaque fois que l'équipe qu'il supportait s'approchait des cages adverses et marquait un but.

J'ouvrais alors ma porte et passais un court instant la tête dans le petit salon, davantage en vue de partager l'immensité de sa joie que pour m'informer du score - voilà d'ailleurs à quoi servent les ralentis j'imagine, que le type qui explose de joie devant son écran de télévision ait le temps de convier ses proches, sa famille, pour reprendre un peu d'adrénaline et prolonger son bonheur en le faisant partager.

Son équipe préférée était le PSG et avec le voisin d'en face qui était un fervent supporter de Marseille ils s'envoyaient des piques, en l'air avant les matchs, et qui atteignaient leur cible à leur issue. Un jour, il s'était trouvé au Centre Commercial Parly 2 le même maillot de Foot à bandes bleues et blanches (les couleurs du racing dans ma mémoire) que celui que portait Michel Hidalgo à je ne sais quelle occasion, et mon papa l'arborait avec fière allure quand il faisait le tour du jardin pour tondre le gazon ou effectuer de menus travaux de jardinage. 

Concernant le sport, les filles de ma génération n'étaient pas franchement amoureuses des sportifs comme c'est souvent le cas aux Etats Unis. Ici on ne devient pas pom pom girl parce qu'un type réussit à faire une bulle parfaite avec un malabar à la fraise. Mais peut-être qu'il y a des filles qui ont rêvé d'acheter des frigos le samedi chez Darty en pensant à un type qui faisait des bulles avec son chewing-gum, je ne peux pas bien dire vous savez, l'esprit des filles est si noueux parfois. Quoiqu'il en soit les filles que j'ai connues au collège et lycée ont toujours préféré les branleurs aux sportifs. Oui le genre de type bien branleur qui avait juste besoin de poser ses fesses dans un coin et de savoir tirer sur un joint pour décrire un cercle parfait dans le coeur des filles. On sait malheureusement comment ça finit : chez Darty ou Ikéa le samedi. Ou bien sur le bas-côté du coeur des filles, où les chardons sont légions mais il fait bon parfois y revenir cueillir une ou deux mûres sauvages.